Regard sur soi : 3 sujets sur lesquels nous nous trompons généralement

 coeur-pour-soi

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, lendemain du solstice d’été j’avais envie de revenir sur le rapport à soi et plus précisément sur le regard que nous portons sur nous-même. Des années à recevoir des gens bien différents dans mon cabinet m’ont montré une chose : il y a des sujets récurrents sur lesquels la plupart des gens ont une vision faussée d’eux-mêmes. Et cela accentue souvent leur déséquilibre au lieu de les emmener à leur résolution. Petit tour d’horizon de ces sujets qui nous font bien souvent prendre les pieds dans le tapis !

>> « J’ai tendance à être trop égoïste, à ne pas assez penser aux autres. J’ai besoin d’être davantage « au service » et de moins me regarder le nombril. Je le sais, parce que ma femme / mes amis / mes collègues me font parfois des reproches… Je n’aime pas être comme ça. »

Mon avis sur ce thème : presque 100% des gens sont concernés par le fait de ne pas savoirfemme-miroir prendre convenablement soin d’eux. Ce n’est pas l’égoïsme qui pêche dans notre société, c’est son absence sainement mise en œuvre qui crée bien des troubles. Trop de personnes veulent « servir », « se dédier aux autres », et le font avant même de commencer par s’inclure dans le cercle. Ce comportement crée une cassure intérieure, une blessure. D’ailleurs : il repose généralement sur des blessures cachées dans nos profondeurs de vie. Trop de gens parlent d’égoïsme avec dégoût et ont perdu la capacité à être bien dans leur propre solitude, en leur seule compagnie. Ils cherchent en se donnant aux autres (dans tous les sens du terme) un sentiment d’être qui ne peut se trouver qu’en eux-mêmes mais avec lequel ils ont perdu contact. Je dis « ils », notez bien, mais je devrais écrire « nous » car j’ai rarement croisé des gens réellement « trop égoïstes ». La plupart des gens sont comme fracturés à l’intérieur, trop sensibles à ce qui les entoure et pas assez « dans leur for intérieur ». C’est en restaurant ce sens d’être bien avec soi-même, d’y avoir droit, en ré-ouvrant le regard sur le fait que c’est une excellente chose de prendre soin de soi, de se donner du temps, de l’amour et des bonnes choses sans en rendre compte à qui que ce soit que peu à peu la douleur intérieure cesse. Alors, quand la logique du don à soi est sainement mise en place, les reliquats égocentriques tombent naturellement et s’ouvre une qualité de présence qui permet de donner sainement et justement aux autres. L’un ne va pas sans l’autre. Et retenez bien que généralement, c’est l’amour pour soi qui pêche avant toute chose.

>> « C’est mal d’être en colère. La colère ne crée que des problèmes. Je ne peux pas lui laisser le champ libre, elle me pourrit la vie. »

Mon avis sur ce sujet : la colère refoulée et qui ressort en mode explosif est un mal bienjudo répandu. La plupart des gens ont peur de leur colère ! Il faut comprendre que cette émotion puissante a sa propre raison d’être. Les sagesses anciennes nous disent que la vertu cachée derrière la colère, c’est la lucidité. La colère prévient qu’un équilibre a été rompu, elle est une alliée au départ : c’est une alerte à la disposition du corps humain pour se réguler. Non, la colère n’est pas « mauvaise ». Ce qui peut devenir source d’ennuis, ce sont les conséquences des actes effectués sous le coup de la colère. Notre société est une société violente, extrêmement, à tous les niveaux. Nos relations de famille, d’éducation, scolaires, professionnelles reposent sur des asymétries, des contrats déséquilibrés, qui ont pour constante de nous couper de notre pouvoir véritable. Quand les parents parlent aux enfants en oubliant de s’adresser à leur propre intelligence, à leur propre faculté de réponse aux difficultés, quand constamment les gens autour de vous décident à votre place (l’école, les cadres et dirigeants dans les entreprises classiques…) alors naît mécaniquement la colère. Nous sommes profondément des êtres doués d’une autorité naturelle saine, d’un pouvoir immense spécifique à chacun, de possibilités étendues hors du commun. Peu d’entre nous réaliserons ici, sur cette Terre, toute l’étendue de leurs possibilités, justement parce que le pouvoir est confisqué, accaparé et que trop de gens sont privés très tôt de leur droit véritable à exercer ce pouvoir d’être en vie, d’être soi, et de manifester leur plein potentiel. Mais les choses changent. Des écoles d’un genre nouveau émergent et font la part belle à la responsabilisation de tous, enseignants comme élèves. Des entreprises auto-gouvernées existent déjà à l’international et parfois elles comptent plusieurs milliers de salariés… et elles ne sont pas nées hier, mais ont déjà quelques décennies de recul*. Une nouvelle parentalité émerge, favorisée par les blogs sur internet. Les gens sont en train de chercher des réponses à leur malaise, et c’est la colère qui montre la voie. Une société qui gronde collectivement appelle avec force un changement de paradigme. Sainement entendue et maîtrisée la colère souligne les zones individuelles et collectives en déséquilibre.

En magnétisme, quand vous travaillez sur votre colère et ses modes d’expression avec la Nature, vous atterrissez peu à peu dans un espace où vous pouvez dire votre désaccord tout en sentant que votre colère initiale s’est transformée en force intérieure, recyclée et combinée avec la volonté d’apaisement du cœur.  Vous pouvez libérer des strates entières de colères anciennes sans éprouver au-delà du nécessaire à nouveau cette colère : il existe des mécanismes dans le corps humain qui permettent de libérer les émotions « par la petite porte » au lieu de les revivre au premier plan. Quand ces mécanismes sont sainement restaurés, vous vivez votre vie quotidienne avec parfois la sensation « qu’il y a un peu de colère quelque part en vous » sans plonger dedans, et tout en permettant qu’elle s’en aille. Comme je le dis souvent : au départ, le corps humain est « auto-wash ». A nous de restaurer son fonctionnement originel !

>> « Je pense souvent au fait que je devrais gagner plus d’argent. Des fois je me dis que je manque d’humilité : j’aimerais bien calmer cette sérénade intérieure, et redevenir plus humble et modeste avec tout ça. C’est comme si j’en voulais trop ! Je me demande bien après quoi je cours… Alors je m’efforce de vivre avec moins, je me répète que c’est bien assez pour moi, mais tout le temps, j’ai des pensées qui reviennent et me parlent « d’être une star » de « gagner plein d’argent »… Qu’est-ce qui ne tourne pas rond chez moi ? »

 Mon avis sur ce sujet :  Comme chez la plupart des gens (et là encore, franchement, onoeil-etoile n’est pas loin d’être sur un thème qui concerne 100% des gens !) vous vous trompez sur l’endroit où il y a un manque véritable dans votre vie. Notre société favorise les comportements sacrificiels. C’est bien vu de donner sa chemise, de faire du bénévolat à outrance, de donner-donner-donner… Mais en revanche, recevoir, c’est contestable ! La vie n’aime pas les déséquilibres et le point zéro (qui met en balance saine les pôles contraires) cherche constamment à se frayer un chemin en nous et dans nos vies. Or, souvent, nous comprenons de travers sa mécanique ! Et ici, il s’agit justement de cela : les pensées ont mauvaise presse (d’autant plus si elles semblent aller dans une direction socialement contestable !!!) et pourtant parfois elles sont l’expression de la solution. C’est précisément parce que nous mettons dehors notre besoin d’être « une star », d’être « payé à la juste hauteur de ce que nous donnons » que les rêves, pensées et situations vécues nous ramènent à cet aspect rejeté. Il ne pourra pas rester dehors indéfiniment. Un jour, il faudra bien lui ouvrir la porte, et cela commence dedans. S’ouvrir à recevoir tous les cadeaux et bienfaits auxquelles nous aspirons. S’ouvrir à cette possibilité intérieure, pour commencer. Et toucher du doigt le malaise que cela met en mouvement (le bal des pensées vous montrera les points de blocages : « je me la pète ! », « Je ne peux pas faire cela, on va me rejeter, me trouver puant comme tous ces riches qui sont aujourd’hui si peu dignes et exemplaires ! », « apparaître en pleine lumière, ça me fiche la trouille ! », « que vont penser de moi mes proches ? Mes voisins ? Mes collègues ? »… ).

En réalité, nous souffrons généralement d’un manque d’abondance dans notre vie, d’un accueil insuffisant de toute la générosité de la Vie à notre égard. Pourtant, il suffit de ré-ouvrir la porte pour voir des « miracles » se produire. Et généralement, la porte se referme. Pas le droit. Nous ne méritons pas. Bien sûr, n’est-ce pas… Nous portons tous un tel poids de culpabilité qui se transmet et se diffuse partout dans la société que cela en devient étouffant. Nous avons besoin de sortir de cette logique, de décider que cela suffit. Ce n’est rien d’autre qu’un équilibre qui se cherche. Peu de gens sont actuellement dans « trop d’abondance intérieure ». C’est tout le paradoxe de ce que nous voyons sous nos yeux : trop de biens de consommation masquent en réalité un vide d’amour et d’abondance ressentie dans l’être intérieur.

Osez donc vous ouvrir à la générosité dont vous avez besoin. Laissez entrer dans votre vie les compliments, les cadeaux, les dons ! Recevez avec gratitude, et ressentez combien tout cela n’a rien d’exceptionnel, c’est juste pour vous, parce que vous êtes un enfant béni de cet univers magique ! Chaque être vivant mérite de recevoir infiniment plus que ce qu’il croit. A nous de nous autoriser à entrer dans cette nouvelle logique.

Gaëlle


A propos de l’auteur

GBerny-022016Praticienne en médecines douces je combine la kinésiologie et le magnétisme pour remettre en équilibre les personnes qui me consultent, avec d’excellents résultats.

Plus d’infos sur mon site professionnel :  http://www.gaelleberny-magnetisme.com/


 

(photo : https://fr.pinterest.com/pin/411235009696874438/, https://fr.pinterest.com/pin/411235009696499921/ , https://fr.pinterest.com/pin/411235009696535268/, https://fr.pinterest.com/pin/411235009696876809/)

 *lire à ce sujet « reinventing organisations » de Frédéric Laloux

Publicités

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s