Quand Noël déboule avant l’heure : faut-il consulter ?

souris neigeNous étions au mois d’août. Il faisait une chaleur à faire fondre un Viking. Et le pôle Nord avec. D’ailleurs, la banquise s’émiettait, jour après jour, en même temps que nos certitudes sur les saisons, et la durabilité de ce monde. Parfois un peu d’air venu du large offrait quelque répit. Une brise tiède caressait nos corps moites. Et c’est là, au beau milieu de ce marasme caniculaire, que l’envie s’est pointée. Sans prévenir. Écouter des chants de Noël.

Une perfusion sur plusieurs jours, comme une respiration. Dans ma tête, il neigeait des flocons de neige. J’avais les pensées pleines de ces blizzards d’hiver engourdis de brouillard qu’on regarde blotti derrière sa fenêtre. Calée là, devant l’hiver blanc, avec un chocolat chaud sur les genoux, je me sentais soupirer d’aise. Et Noël égrenait ses chansons youtubesques dans mes oreilles pendant ces courtes échappées mentales… « Oh the weather outside is frightening… But the fire inside is delightful ». Voilà comment tout a commencé.

Évidemment, j’écrivais en parallèle mon livre sur la saison froide avec la Nature… Mais pourtant je ne crois que cela en soit la cause. Tout ce déballage hivernal couvait en réalité depuis un bail. En buvant mon thé, je parcourais nonchalamment les commentaires sous la vidéo de chants de Noël (3 heures !!!) : et nombre de commentaires m’ont surprise. Les gens indiquaient écouter cette vidéo en-dehors de la période de Noël. Certains commentaires, tout récents, assumaient complètement le décalage : « on est en août et j’écoute ces chants de Noël, j’ai tellement hâte d’être à Noël !!! ». S’ensuivaient une cinquantaine de réponses, en anglais, venues des quatre coins du monde : partout les gens s’avouaient le même petit délire, la même joie profane à s’infuser Noël dans les oreilles en plein mois d’août. Jubilations hors-la-loi délicieuses. Le secret le mieux gardé de la planète, sans doute. Le monde semble avoir tellement mieux à faire que de s’occuper de ces quelques illuminés qui se décorent l’âme de guirlandes avant l’heure…

J’ai pour ma part laissé l’envie se prolonger autant qu’elle le voulait. Et mis à part une courte pause de quelques jours ici ou là, nous voilà rendus fin septembre et j’écris avec les chants de Noël en fond sonore. Toujours. Quelques variantes ici ou là, mais toujours cette ambiance neigeuse, douillette et légèrement frileuse. Au fil des jours s’est ouverte une certitude en-dedans : celle d’être en train de déployer le « mode hygge » des danois, au-delà de la seule période hivernale. Mon système sensoriel et mémoriel a bien travaillé ces dernières années : j’ai recalibré mes hivers (ce que vous pouvez faire vous aussi désormais avec le livre « la saison froide en mode bien-être ») de sorte que je traverse mieux la saison froide, sans avoir consulté de médecin depuis près de 2 ans, avec une bonne vitalité, et surtout un goût constant pour cette période liée à l’apprivoisement de l’art de vivre des scandinaves… La Nature m’a aidée au plan énergétique à « installer la même configuration » de sorte que le lien avec la Terre, avec la Nature est plus profond, et hautement stabilisant dans ce type de période. C’est ce qui explique l’afflux d’intuitions sous forme de paysages et d’éléments naturels. Mais vient un moment où une autre frontière doit être franchie. Symbolique, sociétale, c’est la frontière des dates. Au-delà de janvier, ça grogne quand on écoute des chants de Noël. Par moments, il y a des yeux au ciel quand j’enclenche un DVD de Noël « avant l’heure ». Comme si ces moments gourmands que nous parvenons à créer sur la fin d’année, devaient s’y cantonner. ville-hiver

Quelque chose en moi me dit que non, pas envie. Une voix douce murmure qu’elle veut tout, tout le temps. Le bien-être délicieux, les flocons dans la tête, le blottissement douillet, les conversations qui réchauffent l’âme et le cœur… La même chose, 365 jours par an. Car à bien y réfléchir, les humains (et là je passe en mode « écoute de la Nature ») se ruent comme des possédés sur les fêtes de fin d’année, achetant compulsivement, décorant frénétiquement, parce que le reste du temps ils sont dans la privation. L’univers du travail (à l’exception peut-être des pays scandinaves qui savent y infuser encore le hygge toute l’année) est pétri d’une énergie de souffrance partout dans le monde capitaliste. Les gens se traitent mal entre eux, acceptent des pressions, avalent des couleuvres, se font prier de traverser la rue pour trouver un job, culpabiliser de n’avoir pas de job… Encore et encore. Alors forcément, la fin d’année devient délirante au plan de la conso (et ça fait mal à la planète, tous les ans…). Tandis que le bien-être entretenu en soi toute l’année offre une fin d’année plus douce, plus calme, plus apaisée. Comme un approfondissement léger de ce qui n’a jamais été perdu de vue l’année durant. Voilà la promesse du hygge…

Franchir cette ligne, la Nature me partage que cela s’appelle « avoir le courage d’être soi ». Assumer ce qu’on ressent quand un appel au bien-être nous convie en-dehors des « moments usuels permis ». Laisser choir les convenances sociales. Et se déposer dans un hamac de joie, et de neige qui tombe…

Je vous laisse, ma chanson préférée du moment commence… « I’ll be home for Christmas… ».

Gaëlle & la Nature


gberny-2017-2Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques avec les intelligences de la Nature (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/ et également sur le site du programme Tourne-Soleil : http://www.tourne-soleil.com


Idées cadeau : des livres à s’offrir pour se faire du bien, ou à offrir !

> La saison froide en mode « bien-être » est un livre spécial « Automne et couv-light-hivergbernyHiver » pour changer la donne sur vos paramètres internes liés à la saison froide. Un protocole tout doux et simple pour faire évoluer votre corps vers une traversée radieuse, pleine de vitalité et de santé chaque hiver. Un moyen ludique de se reprogrammer autrement. A faire sur 6 semaines, au coucher, chaque début de saison froide.

 


couv-habitez-territoire> Un livre dédié aux anxieux et angoissés pour retrouver la sérénité : « Habitez votre territoire intérieur » comporte un protocole à faire chez soi pour retrouver davantage de calme et de paix au quotidien, jour après jour. Un cheminement sur 6 mois de temps, pour une ré-équilibration en profondeur.

 


(source photo de l’article : Pinterest et pinterest)

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s