Spécial filles : à propos des lectures d’hiver…

cocooningBonjour à tous !

Je me doute bien qu’en intitulant ce blog « spécial filles », il va intriguer la gent masculine. Ma foi, tant mieux. Cela pourrait être rigolo. Rien qu’à l’idée de vous imaginer, messieurs, explorant les ouvrages pour filles que je vais mentionner dans ce blog, ça me fait sourire. Après tout, on vit une époque où il fait bon faire péter les cadres ! Et comprendre mieux l’univers des femmes passe aussi, peut-être, par le fait d’approcher leur logique spécifique…

Depuis deux mois, j’ai emprunté un drôle de chemin de traverse. Mue par un élan assez incompréhensible – sur le moment – j’ai cédé à cette envie étrange qui a consisté à me blottir sur un canapé moelleux, accompagnée par des piles de livres. C’est une lectrice assidue qui racontait qu’elle se faisait son « décembre spécial lectures de Noël » qui m’a donné l’envie… Et après avoir mis les pieds dedans, j’ai plongé dans la piscine. J’ai passé des moments surprenants et réjouissants, à lire une littérature que je n’avais jamais vraiment côtoyée. La collection « Harlequin » pour ceux qui connaissent, y figurait en bonne place. Au menu, des histoires d’amour, sous la neige, et des histoires d’amour agrémentées de parties de jambes en l’air, toujours sous les flocons. Que du niveau bac + 12 ! Comme je le disais en rigolant aux copines venues prendre un bon goûter courant janvier : il n’y a besoin que de 2 neurones pour lire ça, et c’est franchement jubilatoire ! Même si cela ne m’a pas empêché – déformation professionnelle ! – d’ausculter ce que je lisais. Après moults lectures, j’en ressors avec une bonne clarté sur tous les grands archétypes qui structurent depuis longtemps l’univers sentimental des filles, et aussi les attentes (souvent stériles) que cela fait peser sur les épaules des prétendants masculins en face.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une série de trois livres, que j’ai particulièrement aimé dans ce festival de lectures enneigées et bisouilleuses. La série « Snow Crystal » de Sarah Morgan. Si vous la lisez, sachez qu’il ne faut pas avoir trop froid aux yeux : on part poliment du puritanisme à l’américaine, et on atterrit dans de monumentales parties de jambes en l’air. Vous voilà prévenu(e)s. Il y a du « bridget Jones » dans cette série, et j’ai vraiment passé un bon moment dans cette station de ski enneigée du Vermont, tenue par une même et grande famille.

IMG_3654

Je vous propose, une fois n’est pas coutume, de découvrir ce qui fait du bien, vraiment, quand on lit ces livres. J’écris avec l’aide de la Nature, qui adore faire ce genre d’exercices sur des supports aussi hétéroclites. Histoire de vous montrer, une fois encore, que tout est matière à élargir nos horizons intérieurs, mêmes les voies en apparence les plus anodines… Pour peu que vous laissiez vibrer en vous les essentiels. On y va ?

1- Un jour mon prince viendra…

Tous les héros de cette série de livres ont entre 30 et 40 ans. Ce ne sont plus des « perdreaux de l’année », découvrant le sexe et ses joies, mais souvent de jeunes adultes blasés et blessés par leurs expériences diverses. La plupart s’est d’ailleurs gentiment noyée dans le travail pour essayer d’oublier le désert de leur vie affective.

Le mythe de l’attente d’une situation amoureuse idéale a la vie dure. Vient un moment dans cette « quête de l’âme sœur » où beaucoup se disent : il me faut attendre, patiemment, mon aimé apparaîtra dans ma vie quand ce sera le bon moment. Une histoire de maturité, blabla, blabla. On se persuade souvent qu’il faut patienter, et à l’aune de ce filtre, nos rencontres sont triées vite fait sur le mode « non, pas le bon, puisque j’attends le bon, et qu’il viendra « plus tard ».  » La Nature voulait souligner là que ces livres font la part belle à ce mythe, et à la manière dont il nous piège. Ces femmes et hommes sont à peu près tous dans cette attente du bon partenaire, et ils ont le regard rivé sur un futur où cela sera possible. En attendant, ils patientent.

Là où cela devient aberrant, c’est quand le BON partenaire se pointe, et qu’il n’est pas reconnu, malgré tous les signaux. Et c’est le prélude à de nombreuses situations cocasses, où nous, lecteur, voyons l’évidence, tandis que les personnages continuent d’essayer de se « raisonner », se maintenant ainsi à distance de la belle évidence que c’est pas « demain », mais « maintenant ».

Avez-vous jamais vécu cela ? De s’être tellement « armé de patience » qu’on en vient à manquer le signal qui signe la fin de l’attente ? Qu’on prolonge au-delà du nécessaire la patience alors que la vie appelle à se lancer, oser, goûter, et profiter MAINTENANT ? Et bien c’est la première vertu de ces livres : nous mettre le nez dans cette absurdité. Je lisais certaines pages en me disant : »purée, regarde-le, là, maintenant, et tu verras que tout est là ! Regarde son geste, son regard ! Et l’histoire sera terminée ! » Où plutôt enfin commencée. Ainsi, les personnages flirtent et jouent à faire semblant que rien n’a été vu. Et il faut des épisodes de plus en plus flagrants pour qu’ils « rendent les armes ». Petit goût de « déjà-vu » non ? 😉

2- Peux-tu vraiment abandonner ton job ?

Je le disais, les personnages de ces livres sont tous de jeunes adultes. Ils ont souvent un boulot qui leur correspond, qui leur offre une vie stable, avec leur foyer perso douillet. Ce sont des bosseurs, qui croquent la vie. Tous.

Oui mais voilà : tomber amoureux d’une personne nouvelle va venir bouleverser leur univers. Dans les deux premières histoires, les personnages vivent éloignés géographiquement, ce qui signifie qu’au-delà d’une amourette saisonnière, s’ils veulent s’engager plus avant il leur faudra toucher à leur équilibre actuel de vie, donc questionner leurs boulots respectifs. Qui n’a pas vécu cela ? A une époque où les mobilités professionnelles et géographiques sont plus fortes que jamais, trouver cet improbable point de conciliation entre partenaire et passion/métier est un thème brûlant d’actualité !

Dans un couple formé et stable, cela demande déjà du doigté, de l’écoute et un vrai sens de la créativité. Alors imaginez dans un couple non encore formé, juste baigné d’attirance physique et sensuelle ! Cette question du travail a tendance à coller des œillères aux personnages. Et Sarah Morgan amène cela vraiment bien, elle a du talent pour nous faire toucher cette imperceptible mais redoutable tension liée à ce conflit de l’éloignement géographique. Et ce qui est fabuleux, c’est que lorsque les personnages cèdent à l’amour, et bien… En quelques mois ils trouvent une « nouvelle solution », hautement créative, qui ré-articulent leur vie d’une manière évidente, respectant ce que chacun aime, mais créant un espace pour le nouveau duo. Autrement dit : ce qui crée la cécité, c’est le refus de se laisser aller à l’évidence de l’amour… 😉

3- Cet allié qui vient à nous à l’âge de la maturité

Bien souvent les échos du monde extérieur, je le disais plus haut, nous parlent d’attendre une certaine maturité pour pouvoir enfin entrer de plain-pied dans une histoire de couple crédible, et durable. Donc, beaucoup se mettent en pause, et attendent l’âge de la maturité. Mais… Est-ce la seule vraie raison, à votre avis ?

En fait, non. Et Sarah Morgan le montre merveilleusement dans ses intrigues : céder dès maintenant à ce que l’évidence de l’amour nous montre, va avoir une vertu particulière. Quasiment cathartique, ce mouvement où l’on cède à la force de ces sentiments amoureux, où l’on arrête de lutter contre l’évidence de ce qui nous rend heureux et nous fait vraiment du bien, va dans un premier temps charrier avec lui, dans son sillage, toutes nos blessures traumatiques associées au blocage antérieur. Autrement dit : patienter est parfois un autre moyen bien commode pour éviter de se reconfronter à nos blessures du passé. Émotionnelles, notamment. Et ça, c’est tellement la vie ! C’est tellement ça tout le temps, à bien y regarder ! Combien de fois sentons-nous nos résistances, et nos refus, avant de découvrir, en « osant », qu’en fait « oser » nous place de fait sur la trajectoire de nos anciennes peurs, de nos anciens échecs, de nos anciennes colères non résolues…?

C’est tellement courant comme attitude, que la Nature ne pouvait manquer de le souligner, comme étant là encore une vertu dans les écrits de Sarah Morgan. Elle montre qu’on se fait souvent une montagne d’une souris, et nous rend attachants des personnages, qui, psychologiquement, nous ressemblent bien plus qu’il n’y paraît. Et dans l’ouverture à ces élans d’attirance et d’amour, vient la possibilité, avec de l’aide et de la tendresse tout-plein-partout, de dépasser le passé et d’enfin s’ouvrir à du neuf. Et pouf ! Nous voilà dans la maturité ! Alors… Elle est pas belle la vie ?!!!

Prenez soin de vous, infiniment, filles et garçons de tous âges… La vie nous aime, joyeusement et malicieusement, dans chaque geste !

Gaëlle & la Nature


gberny-2017-2Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques avec les intelligences de la Nature (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/ et également sur le site du programme Tourne-Soleil : http://www.tourne-soleil.com


Idées cadeau : des livres à s’offrir pour se faire du bien, ou à offrir !

> La saison froide en mode « bien-être » est un livre spécial « Automne et couv-light-hivergbernyHiver » pour changer la donne sur vos paramètres internes liés à la saison froide. Un protocole tout doux et simple pour faire évoluer votre corps vers une traversée radieuse, pleine de vitalité et de santé chaque hiver. Un moyen ludique de se reprogrammer autrement. A faire sur 6 semaines, au coucher, chaque début de saison froide.

 


couv-habitez-territoire> Un livre dédié aux anxieux et angoissés pour retrouver la sérénité : « Habitez votre territoire intérieur » comporte un protocole à faire chez soi pour retrouver davantage de calme et de paix au quotidien, jour après jour. Un cheminement sur 6 mois de temps, pour une ré-équilibration en profondeur.

 


(source photos de l’article : Pinterest et Gaelle Berny)

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s