Le nouveau chemin de l’amoureux

chevalBonjour à tous !

Aujourd’hui, on parle d’amour. Plus précisément de la manière « d’être en amour ». Mais pas dans un sens niais, ou romantisé de l’élan amoureux. Je parle d’un chemin de conscience, dans lequel s’éveille une autre réalité en soi. Et de la gueule qu’a ce chemin-là. Parce qu’il est loin d’être pour les timides. Je vous emmène causer d’amour et de tempêtes ? 😉

Alors venez, suivez-moi. On va se faire ça en deux étapes, qui ont été discutées ce matin avec les intelligences de la nature, mes partenaires dans ce voyage.

Mais avant même de commencer, permettez que j’introduise deux ou trois trucs… Ce que je vais nommer là, ne concernera pas, au moment de la mort, la plupart des êtres humains vivants sur Terre actuellement. Je veux dire par là que la masse des gens sur la planète ne fera qu’effleurer le sujet que j’amène là, à savoir la possibilité en nous-même de bifurquer pour cesser d’aimer, de tomber amoureux « comme avant ». Comme on a toujours fait « de mémoire d’homme et de femme ». Comme on a fini par croire que cela DEVAIT se faire. Je parle de faire péter le cadre de ce qui semble normal parce qu’on a fait le tour du cadre. Parce que d’incarnation en incarnation, l’âme a joué avec les possibilités d’un cadre qui, dans les sociétés humaines, tendait doucement à se restreindre et surtout à se tordre. Je parle de sentir au fond de ses tripes depuis longtemps un vieux malaise qui murmure, comme me le disait une jeune cliente de 20 ans, « que c’est tout pourri la manière dont les adultes entrent en relation ». Et elle, elle avait cette info dès l’enfance, preuve que des âmes relativement matures s’incarnent aujourd’hui. De plus en plus. Bref : ces âmes ont fini de tricoter avec ces anciennes possibilités, elles s’apprêtent à balancer tout l’ouvrage. Elles ont acquis assez de force de conviction en elles pour sentir, et savoir intimement que ces modes d’être « amoureux » sonnent faux. Souvent d’ailleurs, elles ont fait des expériences, des incursions dans la grâce qui ont achevé de casser leurs maigres certitudes restantes. Elles deviennent prêtes alors pour entreprendre ce fabuleux voyage : quitter les anciens modes d’être amoureux, pour commencer à s’ouvrir à autre chose… Qui serait la manière ultime d’être en amour, ou plus justement, la manière originelle, dont l’être humain s’est grandement éloigné.

La promesse, justement, c’est qu’il existe une forme d’amour premier, qui peut vous étreindre dans votre corps et votre cœur, s’écoulant depuis les hauteurs de votre être divin, et touchant au sol de votre Terre intérieure, pour vous embraser d’un amour qui contente tout. Absolument tout. Vos désirs s’y éteignent comme l’on s’abandonne dans les bras d’un amant pour cheminer au bout d’un orgasme qui, là, ne cesserait jamais. Une sorte d’extase permanente, parfaitement tolérée dans le corps (alors que nos petits orgasmes humains dans notre piètre sexualité sont des décharges que le corps ne supporterait pas dans la durée… Donc on parle d’une autre forme d’orgasme aussi et d’une autre répartition de l’énergie vitale dans le corps. Ceci pour souligner que cet amour-là touche au sexe autant qu’au cœur.). La promesse c’est que les relations deviennent accessoires. Tu pourrais être sur une île déserte, ou paumé dans un ermitage, avec cet amour-là au fond de toi, tu ne deviendrais jamais fou. Tu serais accompagné, toujours. Par de nombreux aspects de la Présence d’amour, qui t’étreindraient tour à tour, nimbant chacune de tes journées d’une couleur particulière. D’un éclat ciselé, et doux. Est-ce que je délire ? A ton avis…? Cet amour-là est bien réel. Il existe, et peut être trouvé. Durablement. Et ne plus jamais quitter tes rives. Tout ce qui visera à nier cette évidence refermera pour quelques temps encore le couvercle sur la boîte de l’ignorance. Pas grave, l’âme à tout le temps. La maturité vient à ceux qui sont prêts.

1- Quand la situation commence à se retourner, et que la maturité vient en renfort.

Des occasions de rectifier en nous ce qui a été distordu depuis l’aube des temps dans l’espèce humaine ont jalonné notre chemin à tous, de vie en vie. Ici, sur Terre ou ailleurs. Même combat. L’âme expérimente, et cherche à toucher au divin d’avant la forme DANS la forme. Certaines formes étant plus altérées que d’autres. Et la forme humaine fait partie des formes altérées de manière significative dans cet univers.

Alors l’âme s’incarne, se fait des promesses de rencontres avec d’autres âmes, et le petit jeu commence. Je t’aime, moi non plus. Une danse, un ballet. Des coups de canifs dans le contrat, des emballements délicieux, du sexe qui salit, du sexe qui émerveille, des relations aimantes au-delà de toute raison, des extases mystiques pour rien, en pleine nature. Amis, amants, parents, frères, sœurs, collectifs ou individuels, nous aimons. Nous empruntons les voies des civilisations dans lesquelles nous avons atterri. Nous pleurons d’amères larmes, perdons des êtres chers, éprouvons la meurtrissure de ce putain d’attachement en nous demandant si Dieu nous a abandonné en route. Dieu, n’est jamais loin. Mais l’écho se fait plus faible, la mémoire se tarit presque. Pourtant, l’âme elle, ne cesse jamais de murmurer. Elle attend.

Qu’attend-elle ? Mais toi, mon chéri ! Elle attend que tu t’ébroues. Que des événements commencent à percer le voile, à te montrer autre chose, pour que s’amorce un retournement de situation. Quelque part en toi, le chemin de l’amoureux a été inversé. Tordu. Rebranché de travers. Et tu vis affaibli dans ton potentiel d’amour en croyant que c’est tout ce qu’il y a au menu. Jusqu’à ces situations qui ouvrent la voie vers un autre regard sur tout ça. Jusqu’à commencer à te décoller le nez de ce faux réel, pour reculer. Et entrevoir la réalité qui se tenait debout dans l’ombre.

Ces événements vont-ils TOUT FAIRE ? N’as-tu qu’à te laisser porter ? Ouais, t’aimerais bien hein… Et que j’ajoute, là, juste là : « Dieu s’occupe de tout, my love. Abandonne-toi… ». Sauf que Dieu, c’est toi au niveau le plus élevé. Et que Dieu attend que tu te remues les fesses. Ce dont tu vas avoir besoin, quand ces événements vont venir à toi, les uns après les autres, c’est de la pondération avisée des personnes d’expérience. Ce que nous sommes devenus au fil des âges, à force de nous gameller, encore et encore. Enfin, normalement. Sinon, retourne en classe, chéri ! Vient un moment où l’on ressent bien ce « fini de jouer », comme si quelque chose en-dedans se levait enfin, époussetait son pantalon, se redressait, inspirait un grand coup et se disait : « OK, j’ai compris, je suis prêt maintenant. vas-y, envoie, on va essayer autre chose. » Là, quand cet axe se déploie en toi, alors commence le chemin du retour vers un chemin originel de l’amour et de l’amoureux en toi. Cela commence quand tu commences à surfer les vagues en conscience en sachant ce que tu veux (et ne veux plus) et en arrêtant de te faire éjecter par les vagues. Quand tu habites ta capacité de surf, en arrêtant de gémir. Quand tu oses te voir grand, et vaste, pour commencer à faire cesser les situations pourries d’un faux-amour dont tu ne peux plus. Et qui t’étouffes.

Le message-clé de cette période, c’est la discipline. Tu commences à habiter la discipline qui t’as tant fait défaut dans le passé, gentil que tu étais au point d’avaler toutes les conneries dont t’a abreuvé ce monde. Et puis un jour, tu n’es plus gentil : tu commences à devenir authentique.

2- Il n’est pas question ici de baisser les bras.

C’est là que va se jouer l’issue de voyage : soit tu t’interromps dès les premières vagues, qui enflent doucement, et deviennent progressivement gigantesques, tout en t’adaptant avec ta maîtrise du moment, qui elle aussi va tendre à croître, soit tu gémis et te blottis en renonçant. C’est ton libre choix. Je ne te jetterai pas la pierre : je vois bien la gueule du chemin, tu sais… Et j’en connais les incidences. Nul ne peut y aller en touriste. Il faut une foi chevillée au corps, même les jours où t’as perdu la foi. Même quand un moment d’exquis enveloppement d’amour te laisse béat, pour être, inévitablement (c’est ainsi que cela fonctionne…) suivi par des vagues sombres, tels des cavaliers noirs arrivant au grand galop de tes profondeurs, et obscurcissant ton ciel pour la journée entière. Tu seras aux prises avec tes ombres cachées, et la clé, d’après mes partenaires, sera celle-ci : « laisse tes chevaux piaffer et assure-toi que tu es sur la bonne route ». Voilà. Ré-accordance du cœur, encore et encore, et puis, « faire le job ». Ne pas se plaindre, puisque tu savais, finalement, comment serait le chemin. Respirer, t’aérer, prendre soin de toi. Baisser doucement tes volets en phase de vulnérabilité. Rencontrer les ombres qui tendent à persister pour les aider à tomber dans cet amour immense qui commence à sourdre de partout. Alterner les moments de grâce et les coups de grisou. Devenir un maître du surf, et pouvoir te dire un jour, en faisant ton yoga, que t’adores ta vie, ce qu’elle est devenue et promet encore de devenir… Parce que la justesse de la note se place, résonne, et s’approfondit. Gommant les moments où tu erres dans tes grottes profondes. Tenant ton être dans une main sûre et chaleureuse, même au plus noir des rencontres.

Voilà à quoi ressemble le voyage, vers un nouveau chemin de l’amoureux en toi. Voilà ce que les courageux auront besoin de conscientiser pour se lancer si l’appel se fraye un chemin en eux. C’est un voyage de la maturité, et de l’engagement authentique. Pas une valse tiède pour les piou-pious de l’année. A bon entendeur les amis ! 😉

Gaëlle & la Nature.


B39FFDC4-B176-45AC-8161-264F5F9E5D68Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques avec les intelligences de la Nature (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/ et également sur le site du programme Tourne-Soleil : http://www.tourne-soleil.com


Idées cadeau : des livres à s’offrir pour se faire du bien, ou à offrir !

> La saison froide en mode « bien-être » est un livre spécial « Automne et couv-light-hivergbernyHiver » pour changer la donne sur vos paramètres internes liés à la saison froide. Un protocole tout doux et simple pour faire évoluer votre corps vers une traversée radieuse, pleine de vitalité et de santé chaque hiver. Un moyen ludique de se reprogrammer autrement. A faire sur 6 semaines, au coucher, chaque début de saison froide.

 


couv-habitez-territoire> Un livre dédié aux anxieux et angoissés pour retrouver la sérénité : « Habitez votre territoire intérieur » comporte un protocole à faire chez soi pour retrouver davantage de calme et de paix au quotidien, jour après jour. Un cheminement sur 6 mois de temps, pour une ré-équilibration en profondeur.

 


(source photos de l’article : Pinterest)

4 réflexions sur “Le nouveau chemin de l’amoureux

  1. Waouw. Merci Gaëlle pour ce texte qui résonne si juste en moi, au moment de la lecture ! Juste avant de lire ce texte, j’ai des barrières qui ont commencées à se lever dans mon esprit tout à l’heure en revenant de la ville, en marchant le long de l’Erdre à Nantes, et là : BIM ! Mes pensées écrites devant mes yeux par ta belle plume ! x)

    Y a rien à faire… Quand on cesse de combattre nos démons et qu’on permet aux aux murmures de notre âme de circuler, les cadeaux de la vie commencent à pleuvoir. ❤

    Aimé par 1 personne

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s