Adversités.

Ce blog s’est formé ce matin, à mesure que j’effectuais mes trois rendez-vous clients de la matinée. Une chose m’a sauté aux yeux. Je n’en parle jamais sur ce blog, parce que j’ai appris au fil des années de pratique à taire bien des aspects de mon travail de magnétiseur. Surtout ceux qui génèrent de la peur ou de l’inquiétude. A quoi bon… Autant faire ce qu’il y a à faire, et rendre le geste au silence. L’apaisement fait le reste, ensuite. Et l’esprit est souvent bien moins troublé de ne pas savoir.

Pourtant, cette fois, j’ai senti l’élan pour évoquer ici un des aspects cachés du monde énergétique qui dort en chacun de nous. Parce que parfois, ce truc nous fait prendre les pieds dans le tapis. Et je suis obligée, en clientèle, de rétablir la vision juste de mon client, en lui expliquant les sous-jacents.

Mais je ne vais pas tourner autour du pot plus longtemps. Venez avec moi : on va se faire une petite plongée douce dans les coursives de votre histoire vibratoire.

Mes clients de ce matin m’ont tous parlé de la même chose (et je n’en suis pas étonnée, je vis souvent comme ça des sortes de séries, en matière de séances) : « je veux retrouver mon chemin. » Chacun le nommait avec ses mots (mission de vie, un chemin qui me corresponde enfin, savoir quelle est ma vocation…) mais c’était toujours la même idée de se glisser entre les obstacles lourds et omniprésents pour enfin sentir avec justesse et évidence qu’on atterrit sur une voie qui est « la nôtre ». Et côté obstacles, ça ne faisait pas semblant dans les récits ! Problèmes financiers en série, des galères matérielles en veux-tu en voilà, problèmes relationnels où tout t’explose en pleine figure sans que tu saches pourquoi, et même des tas d’idées qui brillent plus ou moins et qui parlent de futurs mais pas les bons. Et ça, les gens parviennent à le sentir généralement, quand ce sont des idées « non alignées avec eux-mêmes ». Mais bonjour le flou artistique ! En gros : t’es debout au milieu des suggestions intérieures bidon, des relations qui s’effritent, des horizons bouchés (où sont les portes qui ouvrent enfin vers ce chemin recherché ?)… Et tu te demandes, fatalement, quel est ton putain de problème. Forcément.

Sauf que. Dans mes perceptions de sensitive, revenaient d’une séance à l’autre les mêmes échos : tout ce bordel qui bloque, là, ne leur appartenait pas. Ce n’était même pas des « mémoires familiales », non… C’était des charges d’énergie pure, enchâssées dans leur corps et dans leur aura, qui causaient « situations adverses ». De vraies vacheries. Parce que des paquets comme ça, il y en a plein ce monde malade. Que les mômes les récupèrent dès la maternelle, si c’est pas avant dans les lieux où on les promène. Parce que les gens sont le plus souvent perméables au niveau vibratoire, ils « ramassent » ces charges, ou elles se collent à eux. Par résonance souvent. Mais les dégâts sont généralement flagrants. Angoisses inexpliquées, sensations d’oppression, et plus pénible encore : ces charges peuvent modifier votre univers psychique. Elles racontent leur histoire dans votre territoire… Et elles vous font vivre des événements de la teneur correspondante. Galère financière. Hostilité relationnelle. Etc. Un vrai bonheur.

Et vous, vous continuez de cheminer, ignorant de cette réalité cachée à votre vue. Et votre estime de vous-même commence à fléchir. Vous doutez. Vous fatiguez. Vous trouvez que ce monde déconne grave. Vous vous trouvez inapte, avec les autres. Vous vous sentez parfois « dangereux », ou « fou ». Cela peut aller loin ces machins-là.

Alors voilà. Aujourd’hui, je vous invite à prendre conscience de cela : vous n’êtes pas obligé de croire tout ce que votre vie vous raconte, comme étant un reflet de « vos problèmes psychologiques ». Tout n’est pas votre histoire, les amis. Mais si cela fait longtemps que vous cheminez avec ces charges adverses, alors elles auront pu influencer le développement de votre personnalité aussi. Vous serez peut-être devenu méfiant. Prudent à l’extrême. Ou blasé, fuyant. C’est plutôt sain de mon point de vue : l’âme se protège de ce qu’elle sent « non juste », mais ne parvient pas à maîtriser.

Pour sortir de cette ornière, un bon magnétiseur sera un allié précieux. A titre personnel, apprenez à méditer, et à écouter vos ressentis. Il y a toujours une différence entre « nos blessures qui parlent » et des « situations adverses exogènes ». Les trucs qui ne sont pas à nous nous laissent un goût particulier… Une impression que « je ne me reconnais pas dans ce merdier ». Et c’est fort juste.

Rappelez-vous que ce que vous êtes, quand toutes ces énergies adverses (qui parlent généralement de peur, d’hostilité ou d’isolement) se taisent, c’est un truc beau, vibrant et chaleureux. C’est valable pour chacun de vous, promis. Je travaille chaque jour dans cette hauteur magnifique du Soi Supérieur, rencontrant le vôtre en territoire ami, et je peux vous l’assurer : ce que vous êtes rayonne de joie, et de force aussi. Mais cela est masqué, étouffé, par toutes ces énergies sombres et denses que vous avez récoltées et amassées au fil du temps.

Apprenez à vous décharger. A votre façon. Demandez à l’univers, à vous-même, à Dieu, à la Nature… Qu’importe. Le capitaine du bateau c’est vous, et vous êtes le proprio des lieux. Clarifiez votre aura, en douceur, et régulièrement. Faites-vous aider quand les événements deviennent bizarrement bloquants, ou adverses. Comme le disait un client ce matin (tout en doutant de la validité de ce drôle de ressenti) : « faut faire péter ces blocages ! ». Et ça, ça venait directement du Soi Supérieur qui avait clairement assez attendu. La vie pousse derrière, elle vous soutient et vous porte, ne l’oubliez jamais. Surtout quand vous naviguez à vue, en plein brouillard.

Je trouve qu’il faut un foutu courage pour vivre et grandir sur Terre aujourd’hui. Mais la promesse de ces clarifications de votre espace vibratoire, c’est que la vie va pouvoir se « réorganiser sainement » en vous. Et vous allez pouvoir changer la donne. Vivre des séquences plus douces, plus chaleureuses, plus inspirantes, plus… tout ce que vous voudrez.

Mais d’abord, faire le ménage. Et ne pas vous répéter vainement que le problème, c’est vous.

Haut les cœurs, les amis !  Vous êtes la solution. Vous êtes la vie. Et il y a de la magie dans tout cela.

Prenez soin de vous, infiniment.

Gaëlle


B39FFDC4-B176-45AC-8161-264F5F9E5D68Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques avec les intelligences de la Nature (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/ et également sur le site du programme Tourne-Soleil : http://www.tourne-soleil.com


Idées cadeau : des livres à s’offrir pour se faire du bien, ou à offrir !

> La saison froide en mode « bien-être » est un livre spécial « Automne et couv-light-hivergbernyHiver » pour changer la donne sur vos paramètres internes liés à la saison froide. Un protocole tout doux et simple pour faire évoluer votre corps vers une traversée radieuse, pleine de vitalité et de santé chaque hiver. Un moyen ludique de se reprogrammer autrement. A faire sur 6 semaines, au coucher, chaque début de saison froide.

 


couv-habitez-territoire> Un livre dédié aux anxieux et angoissés pour retrouver la sérénité : « Habitez votre territoire intérieur » comporte un protocole à faire chez soi pour retrouver davantage de calme et de paix au quotidien, jour après jour. Un cheminement sur 6 mois de temps, pour une ré-équilibration en profondeur.

 


(source photos de l’article : Pinterest et pinterest)

 

4 réflexions sur “Adversités.

  1. Tu crois qu il faut se decharger tous les jours?

    Quand j emet des intentions de protection et de « rester dans la lumiere » dès le matin et en milieu de journée. Je me sens moins fatiguée.
    La comme je le fais pas, au travail je broie facilement du noir et m enerve facilement. Comme si l environnement etait une agression invisible a lui tout seul a travers le flux des pensees des gens et charges portees inconsciemment.

    En revanche, quand je vais en foret j ai facilement des vertiges une lourdeur physiquement s installe, une forme de fatigue puis l apaisement en rentrant… je suis emotionnellement dans un etat neutre tranquille. La nature parfois me fait un effet boeuf!

    Aimé par 1 personne

    • C’est un chemin de patience, de répétition, mais pas d’obsession. Revenir à la « décharge » quand le besoin s’en fait sentir, oui, pas de manière compulsive (donc flippée). Faut sentir la différence. Et le mettre dans un petit rituel du matin, j’aime bien l’idée (c’est d’ailleurs dans Tourne-Soleil si tu te souviens bien…). Au fil du temps, cela deviendra moins nécessaire car cela va s’inscrire dans l’ADN. Et donc fonctionner en automatique. 😉
      Bises Amandine !

      J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s