Collapsologie versus résilience douce par tuilage

campagneBonjour à tous !

Ravie de vous retrouver ici pour vous partager ce drôle d’élan qui me tire du lit ce matin. Je vous propose un blog à la croisée de mes thèmes d’inspiration habituels : entre éveil des consciences et devenir planétaire (écologie, climat, etc.). Ce blog est, une fois n’est pas coutume, co-infusé avec les consciences de la nature…

Ça vous dit ? Alors installez-vous douillettement. Prévoyez un petit café ou un thé, un peu de temps devant vous et… allons-y.

Sur ma page Facebook, où j’ai indiqué que « je dialogue avec la nature sur le monde actuel et à venir », je partage régulièrement des éléments sur mes échanges avec la nature, à différentes échelles (certains dialogues sont planétaires, d’autres touchent à mon quotidien de magnétiseur donc à l’humain dans son aspect plus individuel). Si vous observez attentivement mon fil de publications, vous verrez que je poste des éléments assez divers, certains traitant des effondrements pressentis par les scientifiques, d’autres évoquant les zones nombreuses de résilience douce qui se développent partout actuellement… Vous ne trouverez pas trace d’un futur clairement dessiné, et c’est tout à fait nécessaire ainsi.

A l’heure actuelle, le seul aspect auquel je reviens constamment, en matière de « futur de l’humanité », est, en accord avec les intelligences du vivant, de m’aligner sur des « futurs viables pour tous ». Autrement dit : nous écoutons les potentialités ouvertes, dans l’instant présent, en choisissant consciemment la fréquence radio qui favorise des futurs viables pour la nature comme pour l’homme, à la plus grande échelle possible. C’est ainsi que l’amour nous place, si je devais le dire rapidement. C’est ainsi que la nature se positionne, et c’est ainsi qu’elle voit, son regard finissant par « contaminer sainement le mien », qui était plus que défaitiste il y a quelques années. Ce que je restitue vise à alimenter ces potentialités bénéfiques pour tous. C’est là un tri conscient, opéré en moi-même comme, parfois, quand j’ai des doutes, avec l’aide de la nature. Certains partages envisagés sont ainsi parfois écartés.

Toutefois… Est-ce à dire que nous ne percevons pas simultanément toutes les options merdiques potentielles dans lesquelles nous pourrions basculer collectivement ? Non. Nous les ressentons, sans les creuser, ni nous focaliser sur elles. Nous les incluons dans notre regard, sans leur donner de poids par la parole et le partage. Mais la vision partagée avec la nature est globale, et inclusive de toutes les tendances, même si un choix conscient s’opère en définitive pour dessiner un positionnement.

Pourquoi je vous raconte tout cela ? J’y viens.

Il est impossible actuellement de savoir à quoi ressemblera « LE » futur que nous vivrons dans quelques années. Les variables sont bien trop nombreuses et mouvantes. Mais des tendances plus générales commencent à émerger. Générations après générations, l’humanité a entamé un profond changement, et elle s’est mise en route. Oh, bien sûr, pas encore assez massivement, pas encore partout, et oui « certains s’en foutent encore »… mais enfin, a-t-on déjà vu un changement d’une telle ampleur survenir sans diffusion progressive de cet élan ?

Aussi, celles et ceux qui scrutent les tendances et choisissent une version du récit, comme par exemple « l’effondrement » (collapsologie) ou encore « la transition » (tuilage entre le système capitalistique actuel délirant et un nouveau système, différent, plus résilient, plus doux avec l’écosystème) sont toujours piégés, en réalité, dans leur propre histoire d’être humain. Chaque fois qu’une personne répète, encore et encore, que « ce qui va se passer passe par….ceci ou cela », à ce stade, elle est simplement en résonance avec les potentialités globales (qui vibrent effectivement dans le collectif) et sa propre histoire de vie. Et pour aller encore plus loin : ces personnes sont face à leur enfance.

Avoir été soutenu, ou lâché. Avoir bénéficié de parents aimants, ou incapables d’aimer.faon Avoir connu une vraie structure familiale, organisée, étayée, ou avoir connu le chaos, l’absence de cadre. Avoir connu la confiance, ou la terreur. Tous nos schèmes psychologiques pénibles (et un monde déstructuré et délirant ne peut que générer de très nombreuses histoires individuelles pénibles…) nous reviennent en pleine face actuellement. C’est pour cela que je dois moi-même opérer un temps de réflexion et de choix dans ce que je publie : sinon, je tomberai dans le piège du reflet total de mes propres douleurs d’hier, omettant d’inclure ces aspects qui disent autre chose et qui pourtant, existent et vibrent aussi à l’heure actuelle dans les potentialités.

Regardez donc en quoi vous croyez. C’est notre invitation aujourd’hui. Dites-vous bien que le futur n’est pas encore décidé et que, même s’il peut faire l’objet de mouvements massifs et relativement costauds (les mouvements sociaux, eux, ne sont pas une option, par exemple, on les retrouve dans tous les futurs possibles menant à une autre configuration plus saine pour tous), et bien la forme que prendra le monde n’est pas encore arrêtée. Si effondrement il y a, peut-être que ce n’est pas ce que vous imaginez… Il existe de nombreuses options, variables, possibilités. Collectivement, nous sommes en train de faire le tri. Tous les choix ne sont pas encore faits, loin de là. Aussi, demandez-vous ce que vous croyez sur le devenir de l’humanité, et de la planète.

Vous avez, comme chacun de nous, une œuvre utile à faire. Celle de vous occuper de vos propres récits internes, qui ont structuré votre vie et tendent à se pérenniser dans vos discussions, reflétant ainsi la douleur d’hier, et revalidant sans cesse votre personnage intérieur. Personnage qui n’a de réalité qu’à travers vos bouts de récits consolidés… (Mais cela, il vous appartiendra d’aller le ressentir, le découvrir, l’explorer). Prenez le temps d’accueillir ce qui vous fait le plus peur dans les possibilités de futurs à venir. De voir où se cristallisent vos récits et partages répétitifs aussi. Osez approcher en vous cette douleur potentielle qui ne dort qu’au fond de vous-même, et apprivoisez-la. Les tenants de la collapsologie le disent très bien : ils sont au moins en train de se familiariser avec le pire, donc de défaire les plus grandes peurs qui se logent dans leurs corps et leur esprit. Ils se libèrent. Se familiariser avec les différents scenarii est une saine idée. Mais bloquer sur un seul ne fait que vous mettre face à vos propres « points durs non résolus ». C’est là que chacun peut contribuer : prenez conscience que toute cette période amène un matériau fascinant pour favoriser votre propre éveil intérieur. Tout est matière à se réveiller du rêve dans lequel nous dormons profondément !

Il existe en chacun de nous un état que je qualifierai d’ouvert, de paisible car détaché des récits divers et variés. Cet état me fait penser à un gigantesque courant d’air, entre le dehors et le dedans. Quand vous le touchez, vous pouvez laisser entrer plus d’amour dans cet espace libéré des concepts, peurs, projections, et récits. Alors, ce qui se montre là est à la fois plus complet, et moins flippant, parce que le raconteur s’est tu. L’observateur est attentif. Et une autre forme de présence peut alors émerger, en conscience : celle qui rayonne la compassion, à tous les niveaux. Pour soi-même, comme pour le monde.

 Voilà pour ce qui voulait se partager au saut du lit…

Prenez soin de vous infiniment, et de l’être magnifique et puissamment créateur que vous êtes.

Gaëlle & la Nature

 


B39FFDC4-B176-45AC-8161-264F5F9E5D68Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques avec les intelligences de la Nature (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/ et également sur le site du programme Tourne-Soleil : http://www.tourne-soleil.com


couv-habitez-territoire> Un livre dédié aux anxieux et angoissés pour retrouver la sérénité : « Habitez votre territoire intérieur » comporte un protocole à faire chez soi pour retrouver davantage de calme et de paix au quotidien, jour après jour. Un cheminement sur 6 mois de temps, pour une ré-équilibration en profondeur.

 


(photo: pinterest et pinterest)

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s