Expérimenter un autre regard… tu viens ?

amis-feuOn va tenter une petite expérience. Tu veux ?

Alors assieds-toi. Là, en face de moi. Quelques minutes. Au calme, rien que nous deux. Juste toi et moi. Et regarde-moi. Laisse-moi te regarder aussi. Regardons-nous en silence, calmement, sans rien faire, juste dans cette écoute de ce qui se passe entre nous.

Regarde tout ce que tu penses sur moi. N’attrape rien, mais regarde bien. Laisse défiler… Tu me connais depuis l’enfance, depuis 30 ans, 10 ans, quelques années ou quelques minutes. Qu’importe. Je t’ai peut-être confié des choses sur moi, sur ma vie, mes travers tordus. Je t’ai peut-être montré ma vulnérabilité ou ma force, mes péchés mignons ou mes irritantes habitudes. T’as dû sentir toutes mes névroses, mes galères, mes p’tites planques fétiches. Me regarder aussi, en tant que femme. Forcément, puisque je viens à toi sous cette forme. Et quel avis, sur la femme, aussi ?

Des tas de trucs vont passer. Et moi, je vais faire de même, un court instant. Le temps qu’il faut pour choper l’idée d’ensemble. J’ai un avis sur toi. Un putain d’avis. Ficelé dans le monde des rêves, des carcans, des théorèmes et des schèmes collectifs. Je sais de toi tant de choses que je ne te vois déjà, presque plus.

T’es toujours là ? On va plus loin, dis ? On essaie, pour voir ?

Alors respire… Et regarde-moi à nouveau. Une nouvelle fois. Mais cette fois, laisse venir autre chose. Appelle à toi une vision plus juste : demande à me voir, là, devant toi, debout dans mon essence divine. Demande à voir l’être que je suis vibrant dans ce corps qui te fait face. Essaie. Et laisse venir… Laisse ton regard s’ajuster à ma propre perfection. Je fais de même. Déjà, je sens tes merdes et tes boulets qui s’estompent. Déjà je te vois moins bancal. Tu te redresses, debout dans ta splendeur. Celle du dessous, qui n’a jamais cessé d’être là, masquée seulement à ma vue. A notre vue à tous, endormis du monde d’en bas que nous sommes.

Et je t’aime, soudain. Parce que tout s’est tu entre nous. Et que je te vois palpitant d’une chaleur d’or, sans plus un seul mot pour te saisir. Et je sens mon cœur qui se met, tranquille, à l’unisson. Toi, moi… Non. Juste UN. Et le vent qui passe doucement contre nos joues, caressant à peine notre surprise. Je ne t’avais pas vu ainsi depuis trop longtemps. Tu m’as manqué. Et je me sens bien avec toi, qui que tu sois en ce moment dans ta vie. Parce que ces machins que tu arbores, n’existent pas, en vrai, au fond de toi.

Et parce que moi non plus, je n’existe pas telle que tu crois m’avoir vue, comprise, saisie. Je suis juste cet espace d’or qui s’ouvre dans l’instant, entre nous, quand on arrête de ne plus croire à l’amour. Et dans ce creuset, le visage du même. Et une paix d’avant la séparation. Avant les récits. Avant les souffrances. Et tous les rodéos.

Je te vois, ami(e). Je suis là, avec toi. En toi. Et je ressens en moi que tu n’as jamais cessé d’y être aussi.

Quelques instants encore… Parce qu’il serait aberrant, sans doute, de ne pas goûter ce qui s’ouvre là entre nous… Juste goûter, savourer, ressentir. Cela, est la vie.

Gaëlle


B39FFDC4-B176-45AC-8161-264F5F9E5D68Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques avec les intelligences de la Nature (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/ et également sur le site du programme Tourne-Soleil : http://www.tourne-soleil.com


couv-habitez-territoire> Un livre dédié aux anxieux et angoissés pour retrouver la sérénité : « Habitez votre territoire intérieur » comporte un protocole à faire chez soi pour retrouver davantage de calme et de paix au quotidien, jour après jour. Un cheminement sur 6 mois de temps, pour une ré-équilibration en profondeur.

 


(photo:  pinterest )

4 réflexions sur “Expérimenter un autre regard… tu viens ?

  1. Quand je regarde une personne je la vois sur son premier abord puis parfois je vois l enfant et là dans la perception de cette part innocente qui se pointe devant moi dans mes yeux du dedans je sens une forme de tendresse comme un parent qui aime son enfant. Quand je me laisse submergé par ce regard du dedans je ne vois plus rien… Rien que je ne puisse jauger tellement la présence devant moi se veut majestueuse. Le silence s impose alors tout au fond de mon cœur. Je n ai plus de mot, d émotion a proprement parler juste une paix immense qui s instaure du dedans au dehors, du dehors au dedans. Et là je me surprends a aimer au delà de toute explication rationnelle justifiable. J aime. quelle part de moi aime ainsi sans mot sans émotion sans surprise avec une telle profondeur dans la grace de l instant. La vie qui regarde la vie elle même a travers ses yeux la…. Sûrement !

    Aimé par 2 personnes

    • Dingue ce propos, comment il vient d’en haut, ou du plus profond de toi… J’ai pas encore trop l’habitude, mais j’adore te lire ainsi aussi. c’est chouette. on dirait que tu habites de mieux en mieux cet espace unifié en toi… cool à observer / ressentir. Merci pour ce partage éclairé. 🧡🙏🏻

      J'aime

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s