Confinement – jour 25 – L’art du « kintsugi » appliqué à l’humain

nothing-but-thievesSalut les amis !

Un blog un peu spécial aujourd’hui, comme une métaphore filée, autour d’un même thème. Une invitation à découvrir le Kintsugi des japonais sous un nouvel angle, une proposition d’exercice créatif à réaliser chez vous (appelez vos enfants !) et une petite vidéo en mode « autoportrait recollé ».

Autant vous prévenir de suite : prenez le temps, pour entamer cette promenade… Il vous en faudra un peu, ces trois contenus composent un plongeon immersif dans le thème du jour. Bonne balade !

Gaëlle

***

Pour commencer, introduction au Kintsugi… On se cultive un peu ? 😉

J’adore l’art du Kintsugi, en tant que métaphore douce du travail d’accueil. La réception patiente de nos ombres, de nos bouts rejetés qui « rentrent à la maison », de nos « j’aime pas » du passé qui demandent asile dans le présent est un art. Cela gagne à se cultiver comme tel en tout cas.

Les japonais nous apprennent ici que si la vie nous a abîmé et cassé, fragmenté à bien des égards, nous pouvons recoller les morceaux et rendre à nouveau sa forme à « qui l’on est » en sublimant les blessures du passé qui prennent fin dans le présent. Le kintsugi honore l’histoire de l’objet, et c’est en honorant ce que nous avons traversé que nous reprenons vie, peu à peu, aussi. L’objet peut devenir encore plus sublime qu’il ne l’était hier par le travail patient du maître artisan… Nous pouvons aussi découvrir combien nos parts rejetées nous ont obligé à nous développer dans une veine unique, puis, en réintégrant l’énergie rejetée nous découvrons que ce qui était absent comportait aussi une force, un potentiel caché… Et s’ouvre alors la possibilité de faire la paix, enfin. D’agrandir nos potentiels de vie et d’expression.

Bien sûr, la zone de brisure demandera à être traitée d’abord avec un respect infini. C’est l’enjeu de la libération émotionnelle. Du face-à-face pénible, des ruades en soi face à des parts qui avaient mauvaise presse… C’est le lieu d’intensité de la réunion ! Le lieu d’un feu ancien qui lave les blessures, et rend à l’amour de la vie ce qui était banni, oublié, refoulé. Les mains de l’artisan recollent tendrement, prennent le temps, infiniment… Vous avez vu la vidéo ? Il travaille sur plusieurs semaines ! Ces articles déposés ici sur le confinement ont tracé ce fil tendu dans l’ombre, sur plusieurs semaines, eux aussi… Parce que nos ombres nous demandent accueil patient, parce que leur arrivée se fait exigeante, souvent, et que nous avons besoin de faire des pauses, entre les salves, de reprendre doucement notre souffle…

Tendresse, toujours. Patience douce.

Ensuite, vient le temps d’honorer le travail accompli. Le bol a été recollé, patiemment sublimé d’or, laissé au séchage, poncé. Notre corps se relève de semaines de tensions, de douleurs diverses, de maux digestifs, gastriques, de tête, articulaires… Nous nous étirons dans la clarté d’un nouveau jour et soudain… Le feu déboule. La joie explose en-dedans. visageDes sourires s’accrochent là sans prévenir. Un sentiment de contentement calme nous étreint. Nous reconnectons avec toutes les parts, mais cette fois dans un continuum vivant, circulant. Nous goûtons à ce qui s’est expansé dans le mouvement précédent. Nous explorons le territoire neuf. Ravi. Surpris. Nous nous surprenons à penser à nos blessures sous un jour nouveau, qui nous avait toujours échappé jusque-là. C’est le moment béni de l’intégration, suivi des prises de conscience. Moments sacrés. Moments essentiels. l’Esprit divin incarné ici dans ce corps de chair navigue entre ses propres Eurêka ! L’espace réunifié est goûté, vécu dans l’expérience du quotidien, apprivoisé. Voilà. Nouvelle étape. Nouveau témoignage d’amour envers la vie.

Et surtout…

Une révérence à l’imperfection. Nous avions voulu être « parfaits », c’est de cela que nous parlent nos ombres. Nous avions voulu être « parfaits », au motif que certains aspects en nous étaient « imparfaits ». En croyant purifier le sale, le non-recevable, nous nous sommes coupés de parts de vie puissantes, intenses, chargées de bienfaits. C’est le même phénomène qu’avec les « mauvaises herbes » : terme impropre employé par des jardiniers simplement ignorants de la puissance médicinale des belles décriées et bannies des jardins… Les « mauvaises herbes » sont de fabuleuses auxiliaires de santé et de jardinage. Elles n’ont en définitive rien de « mauvais ». La quête de perfection s’avère souvent être une vraie saloperie, mais nous y souscrivons tous (merci le système scolaire pour ce formatage collectif !). La vraie perfection réside dans l’observation de la vie à son état naturel : tout y est si puissamment parfait, dans cette valse des contraires ! Chaque aspect du vivant peut tellement être honoré, être reconnu comme partie prenante du continuum de vie et d’amour qui nourrit cet univers…

Même ma rage d’enfant, devenue ma haine d’adulte. Même mes emportements coléreux qui déciment mes relations. Même ma douleur d’injustice qui hurle aux coupables et me donne envie de me terrer loin de ce monde. Rien vraiment n’a lieu d’être jeté. En accueillant dans un cœur aimant toutes les fêlures et les désastres, peu à peu, on pige le mouvement, et l’élan nous prend. On accueille de plus en plus. Plus fort, plus large aussi. La joie tient tout. Et elle assemble, comme l’or du kintsugi, le puzzle éclaté de la dualité en un magnifique témoignage d’unité retrouvée.

Est-ce que cela vous parle ? Est-ce que ce parallèle fait sens pour vous, aussi ? Que voyez-vous dans ce miroir tendu, de vous, de vos propres mouvements ? Quelles parts toquent à la porte ? Quels bouts imparfaits pleurent dans l’ombre de la nuit, dehors sur votre paillasson ? Votre vie aspire-t-elle, elle aussi, à réunir les oubliés autour du feu, et de la table ?

Je vous propose de prolonger la méditation par un geste. Je vais convier le maître artisan en vous… Pour un atelier créatif, dont je vous partage ici la recette. Libre à vous de planifier cela prochainement et de laisser s’exprimer ce qui voudra se dire… Cet exercice a un beau potentiel cathartique et guérisseur. J’ai adoré le faire, en fin de séquence d’accueil. Il m’a encore davantage révélée à moi-même.

***

Atelier créatif « KINTSUGI »

Il vous faut :

  • une feuille de papier à dessin par personne (type Canson)
  • un tas de magazines à découper
  • ciseaux, colle, scotch
  • un feutre ou de la peinture dorée. Ou du vernis à ongle à paillettes… Un truc qui brille, pour mettre en valeur les cassures.
  • feutres, et tout ce que vous voudrez ajouter : pastels, peinture, etc.

Prévoyez minimum 1h30 à 2h de votre temps. Au calme. Sans dérangements excessifs.

Les étapes telles qu’elles m’ont été soufflées par mon intuition :

  1. déchire ta feuille en plusieurs morceaux. Suis ton élan. IMG_5569
  2. Prends chaque bout et nomme la qualité perdue qui revient à toi et que tu avais oubliée… Chaque qualité correspond à une « ombre », un aspect rejeté que tu n’aimais pas mais avec lequel tu as fait récemment la paix. Trouve sa qualité cachée. IMG_5570
  3. Prends les bouts un par un et commence à trouver des choses à découper / coller pour décorer chaque morceau. Arrange-toi toujours pour laisser de la place sur chaque bout.

IMG_5571

4- Retourne les bouts, recompose la feuille, et colle tout au scotch. Puis retourne côté face ta feuille réunifiée et passe au doré les lignes de déchirure. Sois dans la conscience du geste… Tu honores l’expérience de la vie, tu respectes les blessures.

IMG_5576

IMG_5579

5- Finis ta création en unifiant toutes les pièces. Utilise pour cela les espaces vides. Franchis les déchirures au besoin. Ou pas. Laisse ton élan global faire le job, amuse-toi !

IMG_5583

6- Garde le résultat final sous les yeux quelques jours, quelques semaines… Cela terminera ce travail en toi, à de multiples niveaux. Bravo. 😉

***

Et pour ceux qui ont encore un peu de temps…

Je vous partage un peu de mon voyage avec ce collage créatif. Petit décryptage de la façon dont « accueillir mon ombre » à mis en lumière ma propre manière d’être au monde, de façon assez globale… Pour ceux qui me connaissent un peu, et ceux qui ont envie de me découvrir. Possible que cela vous parle aussi en retour… Miroir, miroir… 😉

Merci en tout cas de votre présence par ici ! Prenez soin de vous et n’hésitez pas à me partager vos œuvres si vous vous lancez dans l’aventure créative !

Gaëlle ❤

 


B39FFDC4-B176-45AC-8161-264F5F9E5D68Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques à distance (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/

 

Ressources spéciales pour temps de confinement :

Prenez soin de vous ! C’est le moment ! ❤


 

(photo : pinterest (nothing but thieves – et divers) + photos persos.)

 

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s