A propos de la guerre en Ukraine

Ce matin, j’avais l’élan de vous partager ici quelques mots sur la situation de la guerre en Ukraine, qui nous concerne tous, à bien des égards. Je vais me placer dans le fil de ce que je fais et vis au quotidien : je dialogue avec les intelligences du vivant tous les jours, sur de nombreux sujets, et ma vie est parcourue par des courants intuitifs qui la guident et l’orientent pour tous types de sujets dans mon quotidien. La situation climatique et géopolitique des années à venir, je l’ai souvent évoquée depuis quelques années, avec mes partenaires. Il faut savoir que ces intelligences de la Nature ont une vision du futur et de ses potentialités plus ouverte et dénuée d’affect que nous les humains, qui sommes souvent aux prises avec l’énergie collective agitée de notre monde.

La guerre, tout d’abord. Pour la Nature, la guerre n’est pas un problème en soi. Dans le vivant en général, une guerre signifie qu’un équilibre a été rompu, et qu’un nouvel équilibre se cherche. C’est simplement le témoignage de cette tension, de ce déséquilibre (réel ou supposé) qui entraîne les phénomènes de guerre. Le conflit a pour vocation à faire apparaître un nouvel équilibre. Donc, la Nature ne qualifie pas de « mauvais » un conflit armé chez les humains. Elle se contente d’observer. Elle en voit les ressorts sous-jacents, les logiques énergétiques globales et locales. Elle sait dire si un conflit est désormais inévitable ou pas.

En l’occurrence, depuis la pandémie, j’ai beaucoup dialogué avec la Nature. Elle entrevoit des chemins réels pour que l’Homme et la Nature reviennent dans une logique commune saine, et que cesse la destruction de la planète. Elle oeuvre dans ce sens, avec ses moyens, notamment en cherchant à restaurer la coopération homme-nature. Et quand je leur disais ces derniers mois que je sentais juste « un gros mur droit devant », ces intelligences n’étaient pas inquiètes : « au-delà de cette sensation, les chemins existent. Il y aura des mouvements sociaux, oui, mais ils font partie du chemin. » Autrement dit, la guerre en Ukraine, et son expansion possible, font partie de la voie pour que ce monde change enfin. Alors restons calmes, et centrés sur ce qui compte dans l’instant. Laissons venir, restons confiants. Au-delà de ce conflit, il y aura des éclaircies dans les choix de l’humanité.

Comment éviter l’anxiété ?

C’est là que le volet intuitif et sensitif est utile. Tout en écoutant ce qui vous semble juste, apprenez à repérer les partages des gens qui sentent les tendances à venir et les déposent, sans pathos inutile. Ces intuitifs captent les signaux avant-coureurs et ont une fonction dans l’écosystème collectif : ils aident les autres à s’organiser de manière préventive.

Ainsi, depuis plusieurs années le bourdonnement intuitif et sensitif de la société nous donne clairement des pistes : nous sommes invités à nous préparer pour des temps qui vont changer, et changer vite. Et invités à le faire « dès maintenant ». Que ce soit à cause du climat ou des tensions politiques mondiales, notre élan prédateur n’est plus soutenable au niveau planétaire. Donc, les logiques qui tenaient jusque-là vont commencer à dysfonctionner. C’est mécanique et assez inévitable. Et comme l’humanité refuse encore l’évidence… les guerres vont commencer. Pour les ressources du sous-sol (minerais, métaux…) Pour les territoires (agriculture vivrière). Pour se protéger. Pour tenter de « mettre les siens à l’abri ». Etc.

A titre personnel, voici les intuitions que j’ai reçu pour m’organiser (et déjà partagé) :

  • Apprendre à vivre avec moins, et cultiver les savoir-faire qui rendent plus autonome (ramasser du bois toute l’année, cueillir des plantes comestibles et les cuisiner, me passer de chauffe-eau et redécouvrir ainsi un autre rapport à l’eau, à sa préciosité, etc.)
  • Faire un stock alimentaire d’une semaine. Pour moi, pour mes animaux. Ainsi qu’un stock d’eau comportant 2 bidons d’eau de 5 litres. C’est le « au cas où » que pressentent les intelligences du vivant en lien avec la zone où je vis. Autant dire que nous n’allons pas être trop vite en flux critique.
  • Et plus récemment, j’ai ressenti « apprends à cuisiner sans farine ». Je sentais cette pression sur le prix des céréales qui va arriver dans les prochains mois… Et effectivement, les récoltes de l’hémisphère sud ont été compromises par la canicule à hauteur de 30% environ, tandis que le « grenier à blé » de l’Europe vient de se faire annexer par la Russie… Bon. C’est assez prévisible non ? Sauf que le blé est partout dans notre alimentation ! Le manque de cette céréale est, pour mémoire, à l’origine des révolutions arabes : c’était d’abord une flambée sociale liée à une pénurie alimentaire de base. Et moi, pour le moment, je ne sais pas trop comment fonctionner sans farine au quotidien… Alors j’utilise le temps qui m’est donné pour réfléchir, me renseigner, tester des pistes…

Cela vous aidera à vous centrer au « bon endroit » que de vous poser ces questions pratiques et de vous préparer concrètement. Quand on sent qu’on a oeuvré pour « être prêt », notre niveau d’anxiété baisse. Cela s’appelle « faire notre part d’humain ». Le « divin » peut ensuite prendre le relais et faire la sienne…

Plus de local et de réseaux humains de proximité

Ensuite, il s’agit de tourner davantage notre regard vers le local et les relations (réseaux) :

  • Consommer plus proche de soi
  • Cultiver soi-même, cueillir, partager ses ressources (récoltes, oeufs de poule, etc.)
  • Rencontrer les gens autour de chez vous : allez boire le café avec d’autres gens, faites des rencontres. Espérez-les dans vos intentions, et les synchronicités suivront. Repérez les talents des gens : qui est manuel ? Qui est un connecteur ? Qui redonne le sourire ? Qui soulage les maux ?
  • Et vous : promouvez vos talents essentiels (il est temps maintenant, agissez enfin en adulte : nous avons tous été préparés pour ces temps plus tendus), connectez avec ceux qui sont destinés à vous rencontrer, donnez de votre énergie localement même si vous travaillez, comme moi, bien largement que localement…
  • Enfin, diminuez un peu les réseaux sociaux. Gardez en tête que notre esprit fait l’objet d’une « guerre de l’attention et de la confusion » actuellement : comme l’explique fort bien l’économiste Gaël Giraud, la Russie a mené une immense campagne de « fake news » tournée vers les occidentaux afin de les déstabiliser et de générer beaucoup de confusion dans les esprits. Quand je vois le « règne des opinions » et la masse des partages d’infos mal sourcées et non vérifiées, je me dis qu’ils ont gagné sur ce point. Ce qu’ils veulent ? C’est embarquer nos émotions, nos bas instincts, et fausser notre vision claire du monde et de ses enjeux. D’ailleurs, je lisais récemment que la Chine commence à faire la même démarche que la Russie et inonde l’Europe de nouvelles faussées, perverties, afin de semer la confusion partout. La seule chose à comprendre de tout cela, à mon humble avis, c’est que nos esprits sont la cible. Et qu’il convient de les protéger en agissant prudemment, et avec sagesse. Moins de réseaux sociaux. Vigilance sur tout ce qui active nos affects émotionnels. Retenir sa parole, aussi, le temps d’écouter en soi (au final peu de choses méritent vraiment d’être dites et verbalisées publiquement dans ma propre expérience, sur tous ces sujets qui nous dépassent totalement).

Voilà ce que je voulais vous partager. Actuellement, nous entrons dans des turbulences. Le monde change, et va changer assez vite. La transition sera plus ou moins confortable, et écrasée de chaleur (c’est une certitude martelée par la Nature à mes oreilles depuis des années !). A nous de nous préparer en orientant notre énergie de vie pour bâtir des alternatives, des systèmes résilients, des réseaux de coopération et d’entraide. Et cela seul mérite vraiment notre attention : pas les news, non, plutôt nos écosystèmes de proximité, notre rôle au sein de ceux-ci, et la façon dont nous pouvons soutenir les émergences sensées et résilientes pour les temps qui viennent.

Avec infiniment de tendresse, prenez soin de vous.

Gaëlle


Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques à distance (pour les personnes, les animaux, et les lieux).

Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », et sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/

(photo d’article : Pinterest)

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s