Quitter : mécanique du franchissement d’abîme.

On peut se raconter tout ce qu’on veut, cela ne change rien à la réalité : aujourd’hui est toujours un jour parfait pour quitter nos hiers. Ou a minima pour commencer le chemin.

Tant de choses dans nos vies sont obsolètes, mais demeurent sur nos étagères intérieures… Des relations qui ne tiennent plus qu’à un fil, des engagements associatifs ou sportifs qui ont déjà depuis longtemps perdu leur sens (quelle salle de gym ??), des objets témoins de notre passé qui encombrent dur nos étagères et qu’on n’arrive pas à virer. Galère.

Souvent, nous avons assez de clarté – je le constate chaque jour en clientèle – pour VOIR ce qui devrait sortir de notre vie. Mais le mouvement ne s’enclenche pas. Pourquoi ? Du point de vue de l’énergéticienne que je suis, dans l’invisible il y a de nombreuses causes très réelles, qui, souvent, une fois dénouées font que l’on relâche sans même s’en rendre compte ou forcer :

  • Loyautés (familiales, relationnelles….). Trahir est un vaste sujet, toujours un peu faux : il n’est pas de trahison qui n’ait, en son revers, un respect profond pour autre chose, de plus juste pour soi. Quand je te laisse à tes délires, je me dis oui à moi-même, je prends soin de mes forces vives. De l’être que je suis qui est parvenu au bout d’une certaine logique. Je ne suis pas « quelqu’un de mauvais », juste un humain qui prend enfin soin de lui-même.

  • Liens énergétiques, accroches vibratoires diverses. Là, pas de mystère, faut défaire, retirer, couper. Mais uniquement quand tout le reste de votre écosystème interne sera prêt. Certaines emprises se dénouent vite, car la personne a déjà pris pied ailleurs en elle-même. D’autres nécessitent d’abord de stabiliser les appuis. On prend du temps. La psychologie doit suivre, autant que l’émotionnel et la santé physique. On ne déconne pas avec les liens énergétiques : ils ont été des sources d’énergie vitale, le but est qu’on fasse désormais autrement. Tout dépend de vous et de où vous en êtes de vos dépendances… Pouvez-vous lâcher les autres (et en premier papa et maman ?) Et pouvez-vous cesser d’être le pourvoyeur bienfaisant des autres ? De « nourrir tout le voisinage » par de multiples liaisons parasites ? Tout cela, c’est un chemin de maturité.

  • Trauma et émotions bloquées. Là encore, on y va doucement. Quand c’est un trauma qui menace de remonter à la surface, souvent, la personne n’arrive même pas à désencombrer sa vie sur des choses en apparence anodines. Elle va voir des coachs, en se disant « il va me filer la technique ! ». Et puis un jour, elle croise quelqu’un comme moi, qui va voir le truc qui tire par-dessous. Et là… Tout dépend : on peut nommer, évoquer ce qui appelle. En douceur. Baliser le terrain. Préparer l’esprit. Chaque traversée est unique, mais elle nous change. Un peu. Les émotions se libèrent, la parole aussi, l’énergie se réchauffe… On retrouve du mouvement, mais parfois on traverse aussi un ajustement du corps ou deux (fatigue, souvent, douleurs erratiques, parfois). Il faut le vouloir, donc. Accepter que notre « non-mouvement » est protecteur. Qu’il y a dessous un appel à grandir, à lâcher le passé, à dépasser ce qui coince.

Mais quoi qu’il en soit, quitter commence toujours maintenant. D’ailleurs, écoutez plus près : MAIN TENANT. Voilà, vous y êtes… C’est là où la main symbolique tient, en nous, que tout commence. Ressassez-vous votre histoire indéfiniment ? En parlez-vous beaucoup ? A vous-même, comme aux autres, peut-être ? Avec quelle farouche double tension souhaitez-vous vous libérer TOUT EN MAINTENANT en vie le passé ? Nous sommes des êtres de paradoxe, et cela est plus fréquent qu’il n’y paraît. Cette tension antagoniste en nous, il faut la voir. Apprendre peu à peu à « aligner notre vouloir », déjà, sur une seule direction. Voir les oppositions intérieures. Écouter les arguments, les actes manqués, les tapis qui se dérobent sous nos pieds. L’aide d’un tiers aide souvent à « voir clair » sur nos zones de cécité (et pour info, même les plus clairvoyants ont grave besoin d’aide dans ce type de contexte, car la cécité cognitive nous concerne tous !).

Et puis bon, cheminer tout seul, quand on « quitte » quoi que ce soit, c’est plus dur que de cheminer accompagné. Quand j’ai divorcé en 2020, la vie a mis sur mon chemin 3 belles âmes qui m’ont aidée, et portée, chacune à leur façon. Pendant toute une période, mes appuis sont redevenus mouvants, instables. La peur de nouveau était ma compagne. Mais la puissance de vie et mon « oui » bien aligné étaient tels que tout me portait, sans effort, là où le courant voulait aller. Veiller donc à ce que notre volonté ne soit pas trop emmêlée dans les résistances inutiles (« oui » est un mot ouvreur de portes, au passage, pour ces périodes intenses…). Et veiller aussi, enfin, à s’entourer, ou plutôt à laisser la vie nous entourer. Car il ne s’agit pas tellement de « s’accrocher à », mais de laisser venir à nous les connexions qui s’avèreront aidantes (et elles ne sont pas forcément celles que vous avez l’habitude de fréquenter, ces relations aidantes !).

Voilà pour ce qui voulait se partager sur ce sujet, ce matin. Quitter demande du courage, mais surtout, de mon point de vue d’experte (quitter est pour moi une sorte de « chemin de vie » !) pas mal de technique : on quitte quand on est prêt. C’est préférable. Et quand on n’a pas pu faire autrement (on quitte dans l’urgence) et bien on prend soin de se restabiliser après coup. Car beaucoup bouge en vous à chaque fois que vous quittez quelqu’un ou quelque chose. Un déménagement, une rupture, une naissance aussi… Notre vie est faite d’événements qui nous font grandir, en sortant de notre cercle d’habitudes routinières et rangées. Il faut déconstruire pour rebâtir. Des bouts, voire tout. Cela dépend du contexte. Mais il faut toucher en soi à « ce qui ne meurt pas » pour cheminer plus sereinement. Et cela… Je le connais bien et je vous y emmène dans chacune de mes séances : il existe une force, une trame souterraine en vous, immuable, qui « tient tout l’édifice » depuis toujours. Quoi que vous viviez, cette énergie demeure. Tranquille. Vaste. Puissante. Elle vous insuffle force et vie. Son soutien est indéfectible, constant. Si l’on sait recevoir, perfuser nos changements de cette énergie, alors tout devient plus léger, plus simple.

Si ces mots résonnent pour vous… Vous savez où me trouver ! 😉

Avec infiniment de tendresse,

Gaëlle


Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques à distance (pour les personnes, les animaux, et les lieux).

Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », et sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/

(photo d’article : Pinterest)

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s