Quand l’enfant intérieur est une force de destruction massive : on fait quoi ?

Cette semaine, dans une gare, mon regard croise la manchette du Point, qui titrait en gros : « Afghanistan : Quand les hommes déclarent la guerre aux femmes. » Je me souviens avoir hoché la tête. Et ajouté en mon for intérieur : on peut retirer « Afghanistan » (genre ça n’arrive pas que dans des vilains pays !) parce que cette réalité, elle est mondiale. En tant que femme, et sentant finement les énergies collectives qui nous environnent, étant aussi capable d’aller « écouter les énergies » à distance en zoomant ici ou là, je ressens depuis longtemps cette triste réalité : énergétiquement, notre monde vibre « tuons les femmes ». Pas juste « canalisons-les », non… C’est beaucoup plus intense que cela dans notre énergie collective déviée. C’est en cela que l’humanité d’aujourd’hui est profondément suicidaire, en tous cas dans ses énergies « animales », non dégrossies, égotiques. Et ce sont encore elles qui dominent sur Terre à ce jour. (Qu’on ne vienne donc pas me parler de « réveil collectif » ou « d’éveil des consciences »… ça me fait juste penser à un bon gros déni par moments).

Quand je fais un zoom arrière sur cette thématique, je vois qu’elle émane d’une autre information collective, plus large : la destruction de tout. Nous sommes traversés par un courant destructeur tous azimuts énorme, omniprésent, et pas seulement chez quelques talibans délirants : regardez les pyromanes qui s’éclatent à allumer des feux ici, en Bretagne, dans les Monts d’Arrée (les enquêtes en cours conduisent toutes aux actes criminels… C’est consternant). Regardez encore, plus près de vous : voyez ces moments où vous traverse l’envie de « donner des coups de pelle » (aux voisins, à ces cons d’internautes, à vos gamins qui hurlent, à votre famille qui vous tanne…). Regardez bien. L’élan destructeur, il imbibe tout, partout. Pas seulement l’Afghanistan. Pas seulement des types habitant loin de chez vous. Le taliban dort en chacun de nous, en vrai.

Lire la suite

La symphonie et le silence

Vivre et se contenter de peu.
Rechercher l’élégance plutôt que le luxe, le raffinement plutôt que la mode.
Être digne plutôt que être connu, et être prospère plutôt que riche.
Écouter les étoiles et les oiseaux, les enfants et les sages avec le cœur ouvert.
Étudier beaucoup, penser posément, agir avec honnêteté, parler gentiment.
Attendre les occasions, ne jamais se presser.
En un mot laisser le spirituel, spontané et inconscient, grandir à travers les commun – telle est ma symphonie.

William Henry Channing

chats-coeur

Bonjour à tous !

Aujourd’hui, je vous parle de symphonie, et de cheminement spirituel. Il y a des échanges avec la Nature qui ouvrent sur des niveaux de compréhension plus profonds, et aussi, dans la mesure où c’est le bon moment pour nous-mêmes, des niveaux de compréhension qui nous permettent de réactualiser notre propre regard. C’est de cela dont je viens vous parler aujourd’hui. Une de ces petites mises à jour qui contiennent plus d’équilibre, et amènent quelque chose de plus intégré, de plus complet. Bref : que des trucs qui attirent généralement les personnes sur un chemin spirituel.

Lire la suite

Décryptage avec la Nature sur le thème du silence

oceanBonjour à tous !

Un petit blog co-écrit avec la Nature aujourd’hui, fruit d’un échange autour d’un livre. « Quelques grammes de silence » du norvégien Erling Kagge (Flammarion) m’est tombé dans les mains un jour de balade à la Fnac. J’ai aimé la promesse « résistez aux bruits du monde » à cet instant où je me sentais envahie par le bruit de tous ces dos de livres, rayons après rayons, qui semblaient hurler de l’information partout dans le magasin à tue-tête, alors que mon âme n’avait juste besoin de rien.

J’ai lu par étapes ce petit livre. L’auteur est éditeur en Norvège mais également explorateur des zones glacées du globe. Son pari ? Parvenir à nous partager au travers de chapitres cours et d’anecdotes ce qu’est le véritable silence. Y parvient-il ? C’est l’objet de la discussion de ce matin avec la Nature…

Lire la suite