La valeur des tous petits pas

Bonjour à tous !

Aujourd’hui j’ai eu envie de vous traduire un chouette article, de l’américain. Parce que la sagesse de ce propos vous touchera forcément, et qu’il y a mille façons d’utiliser cette suggestion dans sa vie.

Voici donc un article de Kendra Adachi (source en fin d’article) :

Le pouvoir des pas ridiculement petits.         

Je suis quelqu’un de très endurant et inflexible (à la fois mentalement et physiquement), ainsi le yoga est-il pour moi une pratique « zéro mental », qui soulage mes maux de dos et mon cerveau d’écureuil sur-caféiné.

Durant ma trentaine, j’ai travaillé dur pour faire du yoga une de mes habitudes de vie. Souvent nous construisons des habitudes pour soutenir des choses qui devraient compter pour nous, alors qu’en définitive non : mais dans ce cas précis, mes raisons pour ancrer cette nouvelle habitude de yoga s’enracinaient justement dans ce qui comptait vraiment pour moi, à savoir la pleine conscience et un corps qui ne me fait pas souffrir en permanence.

Et tout ce que j’avais à faire, c’était de m’y mettre et de pratiquer.

J’ai essayé la combinaison complète du type « je vais faire 30 minutes de yoga, 4 fois par semaine », et j’ai construit un  gros système pour soutenir cette motivation.  J’ai téléchargé des applis, acheté le meilleur tapis de yoga, les meilleurs blocs en mousse, la meilleure tenue. J’avais une checklist et des alarmes sur mon téléphone. J’ai même payé pour avoir un pass pour 10 cours de yoga intensif m’obligeant à « rendre des comptes » (donc à aller en cours).

Petite parenthèse : si vous voulez sentir comment c’est la sensation de n’avoir aucun contrôle sur votre vie, je vous conseille de commencer votre aventure « pratique du yoga » en vous inscrivant à l’un de ces cours intensifs de yoga, où vous transpirez durant les 90 mn de cours comme jamais, et rentrez au volant de votre voiture les jambes tremblantes, en vous demandant si quelque chose ne serait pas cassé à l’intérieur… C’est très « agréable » !

En dépit de mon système mis en place, je n’ai jamais tenu les 4 jours de yoga par semaine.

Rien ne fonctionnait et ma frustration était au-delà de tout. Je voulais apprendre le yoga ! Mes raisons étaient véritables et comptaient pour moi ! Personne ne me forçait ! Pourquoi était-ce donc aussi dur ?

Parce que c’était « trop grand ».

Même si vous essayez de développer des habitudes qui soutiennent profondément votre vie, en les voulant authentiquement, les petits pas seront toujours les meilleures options parce que grâce à eux vous bougerez « pour de vrai ». Si au contraire vous vous mettez trop la pression, avec un gros système, vous passerez plus de temps à la maintenance de cette organisation complexe qu’à développer l’habitude elle-même.

Mes pas ridiculement petits

Le premier janvier de l’an passé j’ai fait ma liste de bonnes intentions, comme beaucoup de gens. Je voulais toujours bâtir une habitude de yoga mais je savais désormais que mon approche devait être différente cette fois. Si je voulais pratiquer le yoga sur une base régulière, je devais commencer par de si petits pas que ne pas les respecter serait embarrassant.

Mon engagement ? Une posture de chien tête en bas par jour.

Juste une.

Si vous êtes peu familier avec le yoga, cette posture consiste à mettre les mains au sol, bras tendus, et jambes pieds à plat part terre, tendues également de façon à former un A. A l’exception de la posture du cadavre (allongé sur le dos simplement) cette posture est sans doute l’une des plus simples qui soit en yoga.

Chaque jour, je faisais un « chien tête en bas ». Je me pliais, posais mes mains sur le sol et mes fesses en l’air, tenais la pose durant quelques respirations profondes et puis me relevais. Voilà : fait pour aujourd’hui.

Evidemment je me sentais assez bizarre en faisant cette aventure de façon aussi risible, mais j’étais déterminée à m’y tenir et à voir si cette approche pouvait réellement changer quelque chose. Essayer « grand » n’avait pas fonctionné pour développer cette habitude du yoga, alors peut-être qu’essayer « petit » fonctionnerait ?

Durant une période, la réponse –au moins en termes de résultats – se cantonnait à un « non » sonore. Je ne suis pas automatiquement devenue plus flexible, ni ne suis devenue ce qu’on pourrait appeler « zen ». Pour autant, mon habitude était trop petite pour que je la quitte, alors j’ai poursuivi. Durant des semaines.

Grosse victoire qui s’est faite toute seule.

Je faisais ma posture le matin ou avant d’aller au lit le soir, si j’avais oublié. Parfois je la faisais deux fois dans la journée. Occasionnellement je faisais une salutation au soleil entière (enchaînement de près de 12 postures, qui inclut le chien tête en bas), ce qui me prenait environ 15 secondes.

Après environ 4 mois, j’ai graduellement bâti à partir de ce premier petit pas et je fais maintenant du yoga sur une base de 30 secondes par jour.

Je répète : 30 secondes par jour !

Bien entendu, sur le papier, toute cette démarche ressemble à une vaste blaque ! Quelle plaisanterie de penser que 30 secondes de yoga représentent quoi que ce soit, mais la blague c’était pour moi, car en fait, j’ai réussi à développer une habitude de pratique de yoga quotidienne. Et même si cela ne dure que le temps de boire une bière, je suis réellement fière. Je suis en route dans la direction d’une chose que j’ai toujours voulue, et les pas ridiculement petits m’ont aidée à arriver à cet endroit du chemin. Presque deux ans plus tard je pratique toujours le yoga quotidiennement, même si c’est juste pour une seule posture.

Ici est la clé avec les habitudes : vous pensez peut-être que sans une grosse organisation pour soutenir votre habitude, cela ne marchera pas, mais je crois pour ma part que l’inverse est vrai.

Quand vous commencez « grand », vous abandonnez avant même d’avoir commencé, mais plus les pas sont petits, plus vous y arriverez. Plus vous referez cela, plus vous continuerez à refaire ces petits pas, plus vous parviendrez à en faire une part pleine de sens de votre rythme journalier de vie. Et c’est là que se trouve la clé.

Embrassez le pouvoir des tous petits pas. Ils comptent, ils sont importants, et ils sont le meilleur chemin pour créer des habitudes qui comptent vraiment pour vous.

(Source : https://www.becomingminimalist.com/ridiculously-small-steps/

Traduction : Gaëlle BERNY)


B39FFDC4-B176-45AC-8161-264F5F9E5D68

Praticienne en médecines douces, je travaille en soins énergétiques holistiques à distance (pour les personnes, les animaux, et les lieux). Retrouvez-moi sur mon blog « Fortifiez vos ailes », et sur mon site professionnel : http://www.gaelleberny-magnetisme.com/

(photos : pinterest)

Pourquoi honorer nos pratiques spirituelles ?

Beautiful mature woman in yoga pose baddhakonasana.Il y a toute une part du cheminement personnel qui a tendance a être facilement raillé. Faire du yoga c’est l’opportunité d’exhiber ton legging moulant à fleurs. Et méditer c’est cool, même si tu sais pas trop ce que tu fous là sur ton coussin. Mais ça fait classe dans les conversations. Genre « tu prends soin de toi ».

Mais il y a un moment phare, sur le chemin, où tout cela cesse subitement d’être dérisoire. Ou au contraire, ou nous réalisons que nous avons un peu sous-estimé l’importance de pratiquer correctement, véritablement. Ce moment clé, c’est celui où nous plongeons.

Lire la suite

Confinement – jour 9 – Changer de regard sur l’enfer-me-ment.

cocoon-insect-2477492_640Salut les amis !

Comment va, dans vos grottes respectives ? Au bout de 9 jours ? ça gaze ? Ou bien, ça commence à tirer un brin sur les couettes ? Le sourire est-il encore franc et massif ou commence-t-il à se crisper aux entournures ?

Les encagés se rebiffent

Vous le savez, hein, que c’est normal de ressentir toute cette tension en vous, et autour de vous ? Vous le savez ? Nous le savons tous, dans le fond. Nous en savons même intimement, la profonde justesse. Une belle séance de ce jour faisait apparaître, avec l’aide d’une cliente, que l’humanité allait à sa perte, tout en appelant à l’aide, incapable de s’arrêter dans son délire. Au final nous avons nommé ensemble un « désir d’être contrôlé », qui nous a renvoyées à cet étrange paradoxe psychologique que parfois, face à nos forces pulsionnelles sauvages, erratiques, ingérables et violentes nous avons besoin d’une aide, qui nous contienne, nous bloque, nous freine, nous ralentisse d’autorité. Sans cela le véhicule devenu fou poursuit sa route et nous pleurons d’impuissance devant le désastre annoncé. C’est un peu ce que nous vivons actuellement. Une force aussi gigantesque qu’un invisible microbe nous a envoyé en cabane. Et depuis nos espaces confinés nous ruminons, sauvages encagés, devant notre liberté de mouvement perdue.

Lire la suite

Confinement – jour 6 & 7 – Regarde comme je souffre !

fendre-boisBonjour à tous !

Un nouvel article après une journée drôlement silencieuse hier… Pas pu sortir une ligne potable. Essayons aujourd’hui. Mais je sens que le ton va crisser dans les cailloux. Serai-je capable d’écrire autrement qu’à la plume acide ? Pas sûre, mes réserves d’amour et de douceur ont doucement foutu le camp depuis environ 3 jours… Plongée dans les abysses. Intérieures, les abysses. Mais quand même, quoi.

Lire la suite

Tout ne se vaut pas : exercer l’art du discernement

Bonjour à tous !

Un peu de lecture en cette belle journée d’août, ça vous dit ? Oh, nous allons faire léger, c’est promis, mais toutefois, parce que c’est aussi notre marque de fabrique, à la Nature et moi-même, pas superficiel pour autant.

La superficialité, justement. Je parcourais récemment le réseau Instagram (et oui, je m’y suis mise afin de faire connaître mes activités… Retrouvez tous les liens en bas de la colonne latérale !) et j’ai rapidement senti un profond sentiment de… vide intérieur. Un creux immense comme une abysse a semblé s’ouvrir au défilement des posts tous plus affligeants les uns que les autres. Oh, bien entendu, j’ai toujours l’œil sur ce qui se produit en moi en pareils moments, évidemment !

Lire la suite